6 leçons tirées de ma première chirurgie…

3 avril 2016

CM-blackSkirt-front-NB CM-blackSkirt-profil-NB

CM-blackSkirt-back-NB

Après le post sur Valencia, je ne pensais pas que mon prochain article aurait un ton moins léger.
Je suis passée sur le billard il y a quelques jours et cela ne m’a pas laissée indemne. Il y a un an et demi, j’ai développé un fibrome dont la taille inquiétante nécessitait une opération chirurgicale. D’après les statistiques, 2 femmes noires sur 4 ont une forte propension à développer les fibromes. Pour ceux et celles qui ne savent pas de quoi il s’agit, je vous invite cordialement à interroger Google;-)
En ce qui me concerne, le plus dur n’est pas le passage sur le billard, mais c’est l’avant et l’après. Si je devais résumer cela en 6 leçons, ce seraient les suivantes :

1 – La vie, ce droit qui n’est pas un acquis 

J’appréhendais cette opération car je sais que le risque 0 n’existe pas. Je sais également qu’il se déroule des milliers d’opérations de ce type à travers le monde tous les jours. Une « routine » pour les chirurgiens. Comprenez « Ils pourraient le faire les yeux fermés 😉« . Lorsque pour une intervention dite ordinaire vous êtes entourés de 3 médecins et de 3 infirmières, le mot « ordinaire » prend un tout autre sens. Personne n’est à l’abri d’une erreur médicale. Malgré les progrès extraordinaires de la médecine et la compétence des médecins, je connais des personnes qui sont entrées en salle d’op. pour des interventions « ordinaires » et qui en sont ressorties les « pieds devant ». Je savais que ma dernière heure pouvait être sur ce lit d’hôpital et j’en étais consciente.

2 – Le corps humain, cette machine extraordinaire

C’est grâce à cette machine que nous pouvons marcher, courir, parler, voir, sentir, entendre, goûter… des choses somme toute banales mais qui ne le sont pas pour la dame avec laquelle je partageais ma chambre. Elle avait un cancer du thorax. Après une chimiothérapie, elle suivait une radiothérapie qui lui avait ôté le goût. Manger n’a pas le plus même sens pour elle. Marcher, courir… rêver ces choses n’ont pas le même sens pour une personne dont le corps ne fonctionne plus à 100% de ses capacités.
Une life coach a dit ceci: « nous sommes des esprits qui expérimentent la vie à travers un corps humain ». Nous réalisons l’importance, la valeur de cette machine une fois que nous sommes incapables de faire normalement certaines choses par nous-mêmes. Tout parait « normal » tant que nous sommes en bonne santé. Tout parait « acquis » jusqu’au jour où l’on a besoin d’aide pour satisfaire un besoin naturel primaire…

3 – Les infirmiers, ces héros de l’ombre

Entre les mains du personnel soignant, nous sommes réduits à l’enfance dans une certaine mesure. Nous leur devons TOUT. Ils font, certes, leur travail, mais ils sont là pour nous.
Le moment le plus marquant après mon opération a été de faire pipi dans une espèce de pot en aluminium.  J’étais trop faible pour sortir de mon lit et me rendre aux toilettes. En une minute, tout s’est écroulé… Je n’avais plus 33 ans mais 80.
Ce sentiment d’impuissance (pour satisfaire un besoin naturel primaire) était insoutenable… J’en ai eu les larmes au yeux. Cela n’a duré que 3 minutes mais ça a semblé une éternité.

4 – la peur de ne pas me réveiller

Même si nous sommes conscients qu’un jour ou l’autre, nous devrons faire ce voyage sans retour, nous aimerions qu’il arrive le plus tard possible. J’avoue qu’au moment de l’endormissement préalable à l’intervention, j’étais habitée par la  peur… La peur de ne pas me réveiller.  Dieu merci, tout s’est bien déroulé et je peux de nouveau vous écrire et partager cette expérience.

5 – Le rire, ce plaisir couteux…

Avant mon opération, je n’avais pas conscience que rire demandait un effort au niveau de l’abdomen. Momentanément, je ne peux pas rire car c’est douloureux. Les choses ordinaires, simples voire banales deviennent extraordinaires. Mes ami(e)s, chaque fois que vous en aurez l’occasion, riez aux éclats. Cela ne vous coûte rien.

CM-blackSkirt-front-2-Q

Chemisier : H&M — Jupe : Camaïeu — Montre : Daniel Wellington

 

 

6- Tant que la santé est au RDV, tout est possible !

Cette dame de 67 ans qui partageait ma chambre d’hôpital et se remettait difficilement de sa chimiothérapie, était maigre et n’avait plus ses cheveux. Chaque matin, elle prenait le temps de redessiner ses sourcils avec un crayon. J’étais admirative de ce petit geste FORT qui voulait dire « Je m’accroche à la vie. Je ne me laisse pas aller, je conserve ma dignité de femme jusqu’au bout ».

En quittant la chambre  jour de son départ, elle s’est approchée de mon lit, m’a donné deux magazines de mode (Comme si elle savait ;-)) et m’a fait la bise en me demandant de prendre soin de moi <3

Peu importe la longueur du tunnel, la longueur du désert que nous traversons, tout est possible ! Comme on dit au Cameroun  » le 6 peut devenir le 9″. La roue tourne. Restez positifs et optimistes ! Remettez vos souhaits entre les mains du bon Dieu.

 

 

La prochaine fois, j’essaierai de vous faire un texte plus court 😉
Tous ceux qui me connaissent depuis le Cameroun savent que j’ai souffert de rhumatismes pendant 5 ans. Tout ce qui se rapporte de près à la santé physique me touche particulièrement.
En attendant prenez soin de vous et de votre corps les ami(e)s !

Céline

PS : Une pensée pour Monique K. qui n’a pas eu la chance d’avoir les mêmes soins que moi. Soins qui auraient pu lui sauver la vie et celles de ses enfants.

Photos : Guilain — Relecture & Corrections : Charles

You may also like

29 comments

Gaby 3 avril 2016 at 19 h 58 min

Très touchée par ce témoignage Larissa. Je te souhaite un prompt rétablissement et que Dieu te bénisse. Du courage ❤

Reply
Céline 4 avril 2016 at 12 h 52 min

Merci Gaby <3

Reply
Flore Elise 3 avril 2016 at 19 h 58 min

Lovely ma soeur j’aime ta page. Je reste à l’écoute

Reply
Céline 4 avril 2016 at 12 h 52 min

Merci d’être passée par ici <3 Merci pour ton message de soutien.

Reply
Patricia BAKALACK 3 avril 2016 at 20 h 20 min

Bonsoir Celine.
j’ai été opérée il ya exactement 5 semaines, et tout ce que tu décris me parle tellement, la peur d’avant l’intervention, les questions que l’on se pose et le plus dure c’est APRES l’intervention. Pou ma part, je vis seule et j’y tiens, mais c’est bien la première fois que je l’ai regretté. Tout devient si difficile, sortir du lit, faire pipi, prendre sa douche alors est quasiment impossible !!! Mais on va pas trop se plaindre parce que nous avons la chance d’être pris en charge par d’excellent spécialistes totalement dévoués à leurs patients, le corps médical est efficace et la convalescence se passe au final rapidement et il reste plus que ces petits points sur l’abdomen pour nous rappeler qu’on est passé sur le billard ya pas longtemps. Allez, bisous

Reply
Céline 4 avril 2016 at 12 h 54 min

Merci Patricia de partager également ton expérience <3 En effet, nous avons la chance en Europe d'accéder à des soins de santé de qualité. Dieu merci, mon copain prend soin de moi;-)
Merci d'être passée par ici ma chère <3

Reply
Christelle 3 avril 2016 at 20 h 30 min

Woauhhh quel article touchant! Merci de partager cela avec nous! Parfois quand je me fais un petit « bobo », que je me rends compte que le corps humain est bien! Comme tu le dis tant qu’on a la santé, tout est possible!

Reply
Céline 4 avril 2016 at 12 h 55 min

Tu sais Christelle, c’est humain de se plaindre des petits bobos 😉 Et le phénomène d’habituation fait que nous finissons pas nous lasser des petites choses qui s’avèrent extraordinaires lorsqu’on perd la santé. Merci ma chère pour ton commentaire. cela me touche beaucoup <3

Reply
Denise 3 avril 2016 at 20 h 33 min

Vraiment touchant

Reply
Céline 4 avril 2016 at 12 h 55 min

Merci Denise <3

Reply
Ursula Dzietham 3 avril 2016 at 22 h 40 min

Bravo pour ton courage, ton optimisme et ta joie de vivre ma poupée! C’est un joli message d’espoir et de force pour les autres… Ceux qui doutent ou baissent les bras. Je te souhaite beaucoup de bonheur et une santé de fer!! Des bisous. Ursula D

Reply
Céline 4 avril 2016 at 12 h 57 min

Meeerci à toi ma chère Ursula pour ton commentaire <3 L'optimisme pour moi est une obligation 😉 Je n'ai pas le choix. Je dois voir les choses sous un angle positif ! Toujours !
Je pense aussi que c'est très important de partager avec les autres, les expériences qui nous font grandir.

Reply
Yolande 3 avril 2016 at 22 h 50 min

Bon rétablissement lari,je te sais tjr forte et optimiste. Ne change pas. Bisou

Reply
Céline 4 avril 2016 at 12 h 58 min

Meeeerci Yolande 😉 <3 ! J'essaie d'être en paix avec moi-même autant que possible.

Reply
isabelle 3 avril 2016 at 23 h 09 min

Hi Larry tu es forte et le prouve je me souviens effectivement a l’universite tes pb de rhumatisme mais tu gardais toujours LA tete haute toujours fashion dans ton style vestimentaire.
Je me rappelle comment tu m’as soutenu apres Mon operation quand j’ai ete diagnostique d’un cancer tes visites chez ma tante a ngousso lors de ma convalescence puis les journees que nous passons chez tes parents a emana
Aujourd’hui je te dis merci d’avoir ete LA pour moi
Tu es certes loin today mais tres pres dans mon coeur
Tout IRA tres bien pour Ta sante Notre seigneur s’en occupe gardes LA foi en lui c’est tout ce que tu as a faire
Prends soin de toi bisouu

Reply
Céline 4 avril 2016 at 13 h 02 min

Ooooh Isa 😉 Ton commentaire m’a fait pleurer…
Cette époque me semble tellement loin aujourd’hui 😉 Je me souviens surtout que tu as surmonté le cancer comme une guerrière 😉 <3 Personne ne pourrait imaginer que tu es passée par désert qui marque à vie, tellement tu rayonnes. Je suis heureuse d'avoir été là Isa. Je sais que tu me portes dans ton coeur <3 <3 Mille bisous !!!!

Reply
Lyse 4 avril 2016 at 9 h 19 min

Merci pour ce rappel memoire. On prend svt tellement la vie pr acquis qu’on en oublie la fragilité. Merci pr cette invitation à vivre et surtout profiter du présent avec actions de grâce. Bien des choses à toi.

Reply
Céline 4 avril 2016 at 12 h 59 min

Le plaisir est le mien ma chère Lyse. Nous sommes peu de chose. Il suffit d’une seconde pour que tout bascule. Le plus important c’est d’en être conscient afin de savourer les petits bonheurs qui s’offrent à nous tous les jours. Meeerci ma chère d’être passée par ici <3 !

Reply
isabelle 4 avril 2016 at 20 h 55 min

3 000 000 de bisous

Reply
Céline 5 avril 2016 at 10 h 29 min

<3 <3 <3 <3 <3

Reply
Balbine 5 avril 2016 at 9 h 46 min

Prompt retablissement celine assia … d ici quelques temps tu pourras courrir a nouveau Dieu est au controle..

Reply
Céline 5 avril 2016 at 10 h 29 min

Meeeeeerci Balbine 😉 <3 <3 <3

Reply
ngono olive solange 8 avril 2016 at 13 h 27 min

Tu es très forte ma puce, tu es un modèle de la foi. Que le bon Dieu continue à raffermir cette foi ah ces fameux rhumatismes!!! En tout cas du courage et j’aime ton style en français. Ta memasita

Reply
Céline 9 avril 2016 at 7 h 04 min

Mema Sita, je ne sais pas si je suis forte 😉 Je sais juste que je devais partager cette expérience. J’ai senti l’odeur de la mort… J’ai eu peur. J’ai écrit ces mots avec mon coeur afin d’exprimer ma reconnaissance d’être encore là. Je suis heureuse de savoir que tu apprécies ce que je fais. Cela me touche beaucoup. <3 <3

Reply
Freed Mode 11 avril 2016 at 21 h 20 min

Olala je te comprends pour en avoir eu. En tout cas bel article et bon rétablissement.

Reply
Céline 11 avril 2016 at 21 h 37 min

Meeeeerci ma chère <3 <3

Reply
Marie Jo 13 avril 2016 at 16 h 44 min

Prompt rétablissement Céline Assia comme on dit chez nous; suis tombée par hasard sur ton Insta hier et je me suis inscrite car moi aussi j ‘ai souffert des fibromes et j ‘ai été opéré l ‘année dernière et tous les désagréments que ces derniers me causait ont disparu. Bref comme on dit  » La Santé n ‘a pas de Prix ». Très bien fait ton blog et j ‘aime beaucoup ton style . Beaucoup de courage et bonne continuation pour la suite. Bisous

Reply
Céline 13 avril 2016 at 21 h 32 min

Coucou Marie Jo 😉
Merci d’être passée par ici. Cela me touche beaucoup !
Je suis heureuse de savoir que tu vas mieux depuis ton opération.
Merci pour ton joli commentaire <3
Prends bien soin de toi. xoxo

Reply
Prisca 3 février 2017 at 20 h 56 min

Oh mon Dieu, Comme je retrouve dans ton recit! J’ ai moi aussi déja été opérée de ces vilains fibromes. C’ était en 2015, j’ avais alors 26 ans. Ce fût une expérience difficile dont je m’ en souviendrai toujours. J’ espére que tu vas mieux. je découvre ton blog et j’adore.

Reply

Leave a Comment

Please copy the string RAY72s to the field below:

WordPress spam bloqué par CleanTalk.