Ces FEMMES qui façonnent les hommes…

25 juillet 2016

CelineMademoiselle-Uniqlodress-front-Q

CelineMademoiselle-Uniqlodress-portrait

CelineMademoiselle-Uniqlodress-backQ

Il y a quelques jours, ma soeur postait  un statutsur Facebook en rapport avec les violences faites aux femmes et la responsabilité indirecte des mamans  quant à l’éducation qu’elles donnent à leurs fils.

Certaines réactions allaient dans le sens de ma sœur, d’autres non. Certaines personnes pensent (peut-être à raison) que, lorsqu’une femme met un garçon au monde, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable du fait que celui-ci soit violent envers les femmes.

J’avais très envie de commenter la publication de ma sœur mais j’avais tellement de choses à dire à ce sujet que l’idée de publier cet article s’est imposée à moi.

Je vais commencer par vous raconter une petite anecdote. J’avais une collègue marocaine mariée à un marocain qui me parlait (un vendredi soir) de ses projets du week-end.  Notamment sortir avec ses copines pour s’amuser et décompresser un tant soit peu, étant mère de famille. J’avoue que j’étais très étonnée car j’avais des a priori sur les hommes arabes : Ils ne laissent pas sortir leurs femmes, ne contribuent pas aux tâches ménagères, les contraignent à se vêtir d’une certaine façon… J’ai exprimé avec honnêteté ma surprise à ma collègue qui m’expliqua alors que son mari était une crème.

Il s’occupait des tâches ménagères, des enfants, cuisinait et l’incitait même à sortir avec ses copines.

Selon mon ancienne collègue,  le comportement de son mari est le résultat de l’éducation reçue de sa mère. Elle m’a également confié que lorsqu’elle avait un petit malentendu avec son époux, sa belle-mère prenait toujours son parti.

A côté de cela, j’avais un autre collègue marocain qui n’avait aucune considération pour les femmes (même ses sœurs). Il assumait totalement ses positions. Il était fier de dire que, plus jeune, il terrorisait ses grandes soeurs. Il était le seul garçon de la fratrie et était idolâtré par sa mère…

C’est peut-être de la « psychologie de comptoir » mais j’ai des doutes sur le fait qu’un homme naisse violent. Je suis persuadée que ce sont les femmes qui gravitent autour d’un jeune homme (mères, tantes, soeurs, cousines) qui vont influer sur la considération, le respect et l’estime que celui-ci aura pour les femmes à l’âge adulte.

Je prends pour exemple mon petit-frère. Il n’a jamais été traité comme un pacha par ma mère. Il a vécu avec ma soeur et moi-même pendant quelques années dès son arrivée en Europe. Il n’a pas été dispensé des tâches ménagères parce qu’il est un homme. Je me souviens de mon cousin qui ne pouvait pas aller se servir à manger tout seul à la cuisine car d’après ma tante, ça n’était pas la place d’un homme.Ces petites idées, implantées dans l’esprit des jeunes hommes germent et les transforment en machos à l’âge adulte.
Je me souviens aussi d’une dame au Cameroun qui avait six garçons. Ses fils savaient tout faire, même recoudre un bouton sur une chemise. Elle m’avait dit qu’elle n’était pas là pour les servir.  Ils devaient apprendre à faire les tâches ménagères ainsi que la cuisine.

Nous ne pouvons pas changer les hommes adultes, mais nous pouvons changer les petits garçons et les adolescents. Il  nous incombe à nous, les sœurs, les cousines et les mères, de ne jamais laisser passer une parole violente ou agressive, un geste déplacé envers les femmes qui côtoient les hommes de nos familles ou de notre entourage proche.

Je me rappelle avoir entendu parlé d’un petit cousin qui avait giflé sa petite amie il y a quelques années au Cameroun. Il avait 15 ans à cette époque. Je lui avait téléphoné pour le sermonner et lui dire que cela ne devait pas se reproduire.

Je me souviens aussi avoir téléphoné à la police lorsque j’avais entendu ma voisine du dessus crier de peur lors d’une dispute avec son compagnon, à une heure très tardive. Mon coeur battait très vite, je tremblais de peur comme si j’étais dans la même pièce qu’eux.  Dieu merci, un agent de police et sa collègue sont arrivés au bout de cinq minutes chez moi. J’ai voulu les accompagner mais l’agent m’en avais dissuadée.

Notre devoir en tant que femmes est de venir en aide aux autres femmes en prévenant la violence physique ou psychologique, en gardant un oeil ouvert sur les hommes de nos familles et en condamnant fermement le moindre geste déplacé ou parole violente  à l’encontre de leur compagne. C’est à travers ces petits gestes, que nous pourrons faire évoluer doucement mais sûrement les choses.

Prenez bien soin de vous les ami(e)s !

A bientôt,
Céline

Photos : Charles —- Relecture : Charles

 

 

You may also like

6 comments

Marie 25 juillet 2016 at 23 h 25 min

Exact!!!!!

Reply
Céline 28 juillet 2016 at 17 h 04 min

Meeerci Marie 🙂 xoxo

Reply
Monik 25 juillet 2016 at 23 h 29 min

Entièrement daccord avec toi. J’ai un petit garçon et je m donne un point d honneur a tjs lui montrer que les femmes ont les traits comme des reines. Je l intègre dans les petites tâches quotidiennes : debarasser ses bols. Ranger ses jouet. Dire merci. Stp.. j espère en faire un grand homme demain…

Reply
Céline 28 juillet 2016 at 17 h 05 min

Je suis persuadée que FD sera très respectueux envers les femmes. Merci Monique 🙂 ! xoxo

Reply
RODRIGUE 27 juillet 2016 at 10 h 01 min

Céline, je suis d’accord avec toi..
Je dois seulement te dire ou attirervton attention sur les limites dont tu as omis de faire allusion ici…

Reply
Céline 28 juillet 2016 at 17 h 06 min

Merci Rodrigue d’être passé par ici. Je suis consciente que le sujet est vaste et qu’il y aurait encore des choses à dire. C’est la raison pour laquelle je garde toujours le débat oivert afin d’avoir l’avis des uns et des autres. J’espère te lire de nouveau 🙂 xoxo

Reply

Leave a Comment

Please copy the string 2vCs6V to the field below:

WordPress spam bloqué par CleanTalk.