Ma légende personnelle…

30 octobre 2016

cm-legende-profil-qCoucou les ami(e)s,

J’espère que vous allez bien 🙂
Si vous me suivez sur les réseaux sociaux vous avez certainement remarqué qu’il n’y a eu aucune publication sur mon profil Facebook, Twitter, Instagram ou Instastory ces derniers temps. C’était ma manière à moi de rendre hommage à toutes les personnes qui ont perdu la vie au cours de cet accident de train survenu à Eseka au Cameroun le 21 octobre dernier. Puisse le temps permettre aux familles de se remettre de ce drame.

cm-legende-back

cm-legende-front-q

cm-legende-front-q-2J’ai lu beaucoup de publications qui imputaient la responsabilité de ce drame au régime politique en place au Cameroun.
Je n’ai jamais parlé de politique sur ce blog, même si c’est un sujet qui me passionne particulièrement. Mon objectif étant de distiller autant que possible l’énergie positive, je tiens tout de même à partager ceci avec vous.

Je suis née au Cameroun. J’y ai vécu jusqu’à l’âge 22 ans. J’ai emmagasiné de précieux souvenirs.

J’ai quitté le Cameroun il y a 11 ans mais le Cameroun vit toujours en moi.

Loin de moi l’idée de porter un jugement sur les compétences des personnes qui dirigent le Cameroun depuis bientôt 34 ans. Je dirais simplement que je tire mon chapeau à cette nouvelle vague d’artistes qui fait connaitre ou briller le Cameroun aux yeux du monde.

Je tire mon chapeau à ces jeunes qui choisissent une voie qui rime avec incertitude sous de nombreux cieux et encore plus au Cameroun. Je veux tirer mon chapeau à ces artistes qui accomplissent leur légende personnelle en donnant aux autres (leur public) le meilleur d’eux-mêmes.

Je veux tirer mon chapeau à ces artistes qui y croient dans un pays où il ne faut surtout pas compter sur le ministère de la culture pour financer un projet musical.

Je tire mon chapeau à ces artistes qui y croient dans un pays où l’on vous demande le nom de votre père alors que vous êtes simplement à la recherche d’un stage non rémunéré. Je tire mon chapeau à ces artistes qui se battent pour donner vie à leur rêve dans un pays où l’on doit parfois s’allonger pour obtenir un emploi. Je tire mon chapeau à ces artistes qui se lancent dans un pays où il n’existe pas d’organe étatique qui sponsorise ou finance leurs projets. Un pays où le SMIC est inférieur à 50 euros par mois.

Lorsque j’écoute leurs créations musicales, j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour ce que qu’ils essaient de faire alors qu’ils n’ont aucune certitude quant à une quelconque rentabilité des efforts fournis.

Certains vous critiqueront mais ils ignorent que vous prenez de gros risques dans un environnement qui ne vous est pas nécessaire favorable comme cela est le cas pour les artistes en Europe qui sont soutenus par des organismes qui leurs permettent d’avoir un revenu minimum.

Vous n’avez aucune garantie, mais vous donnez le meilleur de vous-mêmes malgré tout.

Vous vous débrouillez avec les moyens du bord pour produire de la musique de qualité. Vous faites cela car, comme le dit si bien Paulo Coelho dans l’Alchimiste, « chaque fois que vous accomplissez votre légende personnelle, vous êtes en paix avec vous-même ».

Ces artistes camerounais que j’admire :

Si vous ne les connaissez pas encore, n’hésitez surtout pas à les soutenir en les suivant sur les réseaux sociaux.

cm-legende-portrait-nb


Haut : H&M;  Jupe : H&M;  Chaussures : Zara

signature

You may also like

Leave a Comment

Please copy the string RMvylg to the field below:

WordPress spam bloqué par CleanTalk.