Aimer, les yeux ouverts

26 février 2017

Il y a quelques jours, je suis tombée sur cet article ICI sur le site de Bella Naija.
L’article parlait d’une dame qui, après 7 ans de mariage, voulait enfin faire connaitre le bonheur de la paternité à son époux. Elle décide alors d’avoir une relation extra-conjugale afin de tomber enceinte. L’époux, ayant appris la nouvelle (trois mois après avoir quitté le domicile conjugal), fou de rage, coupe les bras de sa femme et lui donne des coups de machette sur la tête… Oui, vous avez bien lu : deux bras coupés et des coups de machette sur le crâne.
J’ai eu beaucoup de peine à la vue des images… J’ai imaginé la douleur de cette femme au moment des faits.
Dieu merci, elle a été prise en charge par une ONG qui a financé tous les soins nécessaires pour qu’elle retrouve un semblant de vie normale. Même si, après un tel drame, retrouver une vie normale est impossible.

Pour quelles raisons je partage cette tragique histoire avec vous alors que le but de ce blog est de vous donner des ailes, à travers mes écrits ?

Je vous la raconte car,  je suis persuadée que ce n’était pas la première fois que cet homme levait la main sur sa femme.

J’aimerais simplement vous dire ceci: « aimez mais prenez votre bon sens avec vous en gardant les yeux ouverts ».
Gardez les yeux ouverts sur les gestes et les mots qui affaiblissent votre estime personnelle dans une relation même amicale.
Ce truc, vous savez,  que l’on appelle « l’instinct féminin ». Il nous parle toujours. Mais  nous trouvons souvent de bonnes raisons pour ne pas l’écouter.
Ouvrez les yeux sur les paroles déplacées. Les paroles qui vous font douter de vous, de votre intelligence, de votre capacité à plaire. En somme, les paroles qui fragilisent considérablement votre estime personnelle.

 

Gardez les yeux ouverts afin de rester lucide pour ne pas trouver une excuse à une gifle, une bousculade, un coup de pied…

Il parait que l’amour rend aveugle mais gardez tout de même les yeux ouverts pour voir les premiers signes d’une anomalie dans les paroles ou les gestes de l’autre.
N’arrivez pas au point où, vous vivez dans la peur et l’angoisse.  La peur de rentrer chez vous le soir… La peur de faire ou de dire quelque chose qui pourrait provoquer la colère de l’autre.

J’ai une amie qui s’est mariée à une personne que je connais et pour qui J’AVAIS beaucoup de considération.
Elle m’avait dit un jour : « Nous avons des problèmes graves ».
J’avoue que je pensais qu’il s’agissait probablement d’infidélité mais j’étais loin de m’imaginer qu’il s’agissait de violences physiques.
Je me souviens lui avoir dit que le mariage n’était pas facile. Je n’ai jamais eu le courage de lui demander les détails de ce qu’elle entendait par « nous avons des problèmes graves ».

Quelques mois plus tard, j’ai appris par sa soeur que son mari la battait tellement qu’il lui avait brisé le bras.
J’ai pleuré. J’ai pleuré parce que je le connaissais et que je ne pouvais jamais imaginer qu’il serait capable d’une telle horreur. J’ai pleuré parce que je pensais que c’était un homme respectueux et aimant.

Par amour pour  vos parents et les sacrifices qu’ils ont fait pour vous éduquer,  gardez les yeux ouverts pour ne pas entrer dans des relations qui vont éteindre votre lumière intérieure.
Ne dites pas « Dieu va m’aider », « il va changer », « ça ira mieux après le mariage », « aucune relation n’est facile », « personne n’est parfait ». La violence verbale et la violence physique ne sont pas des défauts.

Robe : Mexx; Haut : H&M; Chaussures : Cosmo

Vous avez le libre arbitre. Vous avez le pouvoir et le devoir de choisir.

Ne laissez pas un être humain, comme vous, piétiner votre estime personnelle au nom de « l’amour, pardonne tout ».
Comme disait Nina Simone  : « Si l’amour n’est plus servi à cette table, levez-vous et partez ».

Cela me rappelle une relation que j’ai vécue il y a quelques années.
Nous étions « en couple » ( du moins je le croyais) depuis un an et demi et je ne connaissais personne de son entourage, de sa famille. PERSONNE. Mon estime personnelle était tellement faible que je me disais qu’il avait besoin de temps pour être sûr. Je lui trouvais des excuses.

Je pensais à sa place.

Je croyais que je devais faire preuve de patience. Je me mentais à moi-même parce que je savais au fond de moi que cela ne me mènerait nulle part.
Je ne voulais pas ouvrir les yeux sur cette  évidence  qui ne m’arrangeait pas.
Ce n’était  certes pas de la violence physique mais c’était une forme de violence psychologique. Je vivais dans une angoisse permanente… Nous faisions TOUT comme et quand il le voulait.

Je pense aussi à une amie qui vivait depuis deux ans avec son compagnon. Le père de celui-ci est venu dans leur pays afin de voir rendre visite à son fils. Il ne l’a pas emmenée avec lui voir son père. Cela  ne semblait pas la perturber.  Elle lui avair même trouvé des excuses en disant que c’était trop tôt pour des présentations et qu’elle lui laissait du temps. Elle voulait probablement garder les yeux fermés.

Les signes sont toujours là, mais nous préférons trouver des excuses  » Il a besoin de temps »,  « Le bon dieu va m’aider », « Rien n’est facile », « Je vais l’aider à changer », « Avec moi, ce sera différent ».

 

Prenez bien soin de vous les ami(e)s !

Céline

Pour suivre mes aventures sur Instagram c’est par ICI
Photos : Charles ; Relecture : Charles

You may also like

11 comments

Chrystelle. 26 février 2017 at 22 h 26 min

Whaouuu très bel article,tellement vrai. Cest difficile d’ouvrir les yeux pourtant on a souvent tous les signes devant nous. Ta plume et tellement légère,quon ne voit pas la fin arriver
Merci

Reply
Céline 27 février 2017 at 22 h 12 min

Ooooh 🙂 J’essayerais de moins synthétiser mon texte la prochaine fois 🙂
Merci Chrystelle ! xoxo

Reply
Pamela 26 février 2017 at 22 h 31 min

True talk, je me reconnais dans le fait de trouver des excuses à son compagnon quand il met du temps à vous présenter à son entourage (2 ans plus tard, je n’avais rencontré aucun membre de sa famille ou ami), et ce que nous faisions ensemble dépendait de son bon vouloir.
Bref, je pense que les gens ne changent pas, un homme (ou une femme d’ailleurs) qui « parle mal » 1à son partenaire ne changera pas au fur et à mesure que la relation grandira, le stress au travail et la période de rush, meme s’ils mettent à cran ne justifient pas la grosse colère qui aboutit à une claque.
Big up à toutes ces personnes qui ont eu la force et le courage de mettre fin à une relation qui ne les sublime pas car etre en couple c’est se sublimer réciproquement, et dans tous les sens du terme!

Reply
Céline 27 février 2017 at 22 h 15 min

En effet Pamela, les gens changent pas après le mariage. Malheureusement, notre société africaine définit la valeur d’une femme sur base de son statut civil. Certaines femmes sont prêtes à accepter l’inacceptable pour devenir la femme de… Les choses changent dans le bon sens. Je suis optimiste. xoxo

Reply
Maissa 27 février 2017 at 3 h 44 min

Whaouuuu très bel article!! Je te suis depuis peu depuis instagram, et j aime ta façon d écrire… tellement vrai!. Puisse le monde être meilleur il suffit de pas grand chose
très très belle continuation…

Reply
Céline 27 février 2017 at 22 h 11 min

Meeerci Maissa pour tes visites, ton commentaire, d’apprécier ce que je fais. Merci !!! xoxo

Reply
iZAB 27 février 2017 at 12 h 00 min

Milles applaudissements!!! Tu as encore touché en plein dans le mille, avec la classe, la sagesse et la’équilibre qui est tien.
Mon coeur bondit quand je lit tout ça par ce que c’est la triste réalité de malheureusement beaucoup de personnes.
AIMER les yeux ouverts, il n’y avait pas meilleur titre…
Que rajouter? tu as tout dit. MER>CI encore pour cet insight!

Reply
Céline 27 février 2017 at 22 h 10 min

ISA <3 <3 <3 <3

Merci du fond du coeur pour ton soutien !

Reply
Cycyne 15 mars 2017 at 1 h 27 min

Bonjour Celine,

Je vous suis depuis peu, mais j’ai déjà parcouru la plupart de vos articles et j’aime beaucoup ce que vous dîtes et la manière dont vous le faites.
Je traverse une période complexe, sur le plan sentimental mais également professionnel. J’ai envie de croire que cela va passer, ce que vous écrivez en atteste. Mais là maintenant, une voix au fond de moi résonne et ne cesse de me répéter que je n’y arriverai pas, que je n’en serai pas capable…
Comment faites vous? Vous et toutes ces femmes pour croire en vous, en votre capacité à relever les défis qui se présentent à vous. Quand je vous lis, les choses paraissent tellement simples, qu’on en oublierait presque que c’est le résultat d’un travail et d’un courage immense.
Merci d’écrire, car c’est un plaisir de vous lire.

Reply
Céline 16 mars 2017 at 23 h 45 min

Bonsoir Cynthia,
Je suis très heureuse de te lire. Je me sens honorée car tu prends de ton temps pour me lire et pour partager un peu de toi à travers ce commentaire.
Si tu traverses une mauvaise passe, j’ai envie de te dire que ça passera. ça finit TOUJOURS par passer. Je sais par expérience qu’après la pluie le beau temps finit par prendre place. Après la nuit, le jour finit par apparaître. C’est une réalité.
Lorsque nous nous concentrons sur ce qui ne va pas, notre esprit amplifie la réalité. ça aussi, c’est un fait. Lorsque j’écris, cela peut paraître simple mais crois-moi, ça ne l’a pas toujours été. Loin de là.
Je n’ai pas eu une enfance facile. Je n’ai pas reçu l’affection dont j’avais besoin. Cela fragilisé mon estime personnelle. Certains livres de psychologies disent que lorsque l’on a des lacunes, l’on est souvent attiré inconsciemment par des personnes qui ne nous aident pas à combler ces manques…
Accorde toi du temps. Sois indulgente avec toi-même. Grâce à ma foi, je suis optimiste de nature depuis mon adolescence. Je ne nie pas les difficultés mais au fond de moi, une petite voix me dit toujours que « tout est possible » mais il faut se donner du temps.
Rester optimiste et positive est un travail quotidien. C’est un « muscle » que je travaille sans cesse à travers la prière (je suis catholique) et à travers deux livres que je te recommande vivement : « le grand livre de l’estime de soi » de Marie-Laure Cuzacq et « Tu vas tout déchirer ! » de Jen Sincero.
J’organiserai une rencontre au mois de juin à Bruxelles pour les 6 ans du blog. Ce sera un plaisir de te rencontrer si tu es en Belgique.
Prends bien soin de toi ma chère.

Reply
Cycyne 16 mars 2017 at 23 h 55 min

Merci Céline d’avoir pris le temps de me répondre, je n’en attendais pas autant…
Je ne suis pas en Belgique, mais n’y étant jamais allée, l’anniversaire de ton blog serait une très belle occasion.

Hâte de lire ton prochain article.

Bien à toi.

Reply

Leave a Comment

Please copy the string JN6Rl4 to the field below:

WordPress spam bloqué par CleanTalk.