Madame Honorez…

14 mai 2017

Vous connaissez sûrement cette sensation… lorsqu’il fait froid à l’extérieur et que vous entrez dans une pièce bien chauffée. Ou encore, lorsqu’il fait très chaud  à l’extérieur et que vous entrez une pièce bien fraîche…
C’est cette sensation que j’aimerais que vous ayez chaque fois que vous passez par ici 🙂

J’ai rencontré Madame Honorez pendant mes études de publicité à Mons.
Je ne pouvais plus vivre dans le domicile qui m’avait accueilli à mon arrivée en Belgique. J’avais peu de ressources financières et je devais vivre seule. Je ne vous cache pas que  j’avais BEAUCOUP de mal à joindre les deux bouts.
Je devais régulièrement acheter du matériel pour les travaux liés à certains cours.

Madame Honorez était l’assistante sociale de mon école. Je ne sais plus comment je me suis retrouvée dans son bureau pour la première fois, mais cette rencontre a changé le cours de mes études.

J’avais la chance de bénéficier d’une bourse d’études car je réussissais mes examens en première session mais cette bourse était insuffisante. Mes week-ends étaient dédiés aux travaux scolaires et lorsque j’avais l’opportunité de faire un job étudiant, cela me soulageait un peu. 

Je me souviens que j’allais souvent toquer à la porte de  Madame Honorez lorsque je n’avais plus le choix. Mon amour propre m’obligeait à attendre le point de quasi non retour pour me présenter à son bureau.

Elle trouvait cela normal voire naturel  de me faire chèque afin que je puisse tenir jusqu’à la fin du mois.

Madame Honorez était aussi douce et chaleureuse qu’une mère. Elle me disait toujours de ne pas être gênée de demander son aide, car elle était là pour cela.
Chaque année, l’école recevait une enveloppe du Ministère de l’Education  afin de venir en aide aux étudiants nécessiteux. Je n’aime pas ce mot « nécessiteux ».  C’était pourtant la réalité. Ma réalité.

Je sais aussi que je n’étais pas la seule étudiante à qui elle apportait volontiers son aide. Il est vrai qu’elle faisait simplement son  travail mais cela se voyait qu’elle le faisait avec amour.

Il y avait ce je ne sais quoi de rassurant qui émanait d’elle et qui vous mettait en confiance.

Madame Honorez était à la bonne place. Je ne lui ai jamais demandé si elle avait des enfants. A cette époque, elle devait avoir 45 ans, voire plus. 

Pourquoi je vous parle de Madame Honorez ?

Elle a été une bénédiction sur mon chemin. Je crois que le bon Dieu met  toujours sur notre parcours, des « Madame Honorez ». Ces personnes qui vous tendent les bras au moment de votre vie où vous en avez le plus besoin. Ces personnes qui font briller la flamme qui tendait à s’éteindre dans vos yeux.  

Je me disais intérieurement que le jour où je trouverai du travail, j’aimerais lui offrir un bouquet de fleurs, l’inviter au restaurant…
Je n’ai malheureusement pas eu la chance de le faire car cela m’était sorti de la tête (ces promesses que nous ne tenons pas toujours). Lorsque je me suis résolue ENFIN à  téléphoner dans mon ancienne école afin de lui parler, elle n’y travaillait plus.  

Madame Honorez a été une bénédiction dans mon parcours. Je crois que dans la vie, lorsque nous pouvons être une bénédiction pour les autres, nous ne devons pas hésiter. Je crois en Dieu et je crois aussi que le karma existe. Chaque fois que nous faisons  du bien.

Il nous revient TOUJOURS !

La semaine dernière, j’ai eu l’occasion d’être une bénédiction pour un jeune homme. Son CV s’est retrouvé entre mes mains. J’avais conscience qu’en le transférant la DRH de l’entreprise au sein de laquelle je travaille, cela influencerait positivement son parcours professionnel. J’étais fière et heureuse d’être « la bonne rencontre » sur son chemin. Je savais que d’autres avaient été là lorsque j’en avais besoin. Je crois que la vie me faisait un clin d’oeil. Cela faisait deux ans qu’il n’avait pas encore eu l’opportunité de trouver une entreprise qui pourrait apprécier son profil à sa juste valeur. Son CV est arrivé au bon endroit, au bon moment.
J’ai compris aussi que la recherche d’emploi peut être particulièrement ardue lorsque votre CV n’arrive pas au sein de la bonne entreprise. 

Je suis convaincue aussi que notre destinée finit toujours par s’accomplir. Cela peut prendre du temps. Nous pouvons être retardé par X raison ou  des personnes qui ne sont le contraire d’une bénédiction pour notre cheminement.  

Notre destinée finit TOUJOURS par s’accomplir.

Je vous souhaite d’être une Madame Honorez dans la vie de quelqu’un d’autre.

 

Céline

le 17 juin 2017, je fête les 6 ans du blog !
Toutes les informations pratiques ICI

Pour suivre mes aventures sur Instagram c’est par ICI
Photos : Charles 

You may also like

1 comment

Marie 21 août 2017 at 21 h 36 min

Bonjour Céline!
Je me suis enfin résolue à t’écrire, car j’ai l’intime conviction que t’es une personne formidable. L’énergie qui émane de tes post est positive, et ça c’est précieux et rare…

Continues à donner de l’espoir et à positiver la vie des gens (moi) au tour de toi.

Je t’envoie des ondes positives!

Marie C

Reply

Leave a Comment

Please copy the string Uefg81 to the field below:

WordPress spam bloqué par CleanTalk.